Crédit Agricole du Morbihan

Crédit Agricole du Morbihan

Banque de réseau

Bretagne

Note globale : ★★★★ Avis certifiés

3 avis | 261 Abonnés

N°137 en Banque de réseau sur 191 entreprises

Julien Theraud, Crédit Agricole du Morbihan, Conseiller financier

“ Ce que j'aime dans mon quotidien, c'est l'entraide entre collègues ”

Avis déposé le 02/10/2012

Note globale : ★★★★★

Salaire / Avantages ★★★★★

Evolution de carrières ★★★★★

Management ★★★★★

Culture ★★★★

Equilibre vie pro / privée ★★★★★

Je suis actuellement conseiller financier auprès des particuliers.
Le métier à évolué depuis mon embauche en 2002, du fait de la crise de 2008, de la perte de confiance accordée à notre profession, et de la distance créée entre nos dirigeants et la réalité du marché (investissement en Grèce, Italie, spéculation hasardeuse,...).


De plus, notre profession nécessite une remise en question permanente (changements fiscaux, produits de défiscalisation...). Je compare notre métier a celui d'un équilibriste: être confronté au décision des pouvoirs publics et aux changements de stratégie de notre entreprise, tout en réalisant nos objectifs commerciaux dans le soucis de satisfaire nos clients.

Les compétences que j'ai pu développer durant ses 10 premières années, sont la réactivité et la flexibilité, priorité absolues dans le domaine bancaire, sans parler bien entendu de l'envie d'être aux contacts des clients.
Les points forts du Crédit Agricole sont la formation interne, le réseau commerciale par son implantation régionale, la proximité de nos agences auprès de la clientèle, et notre savoir faire dans la commercialisation des emprunts immobiliers (reconnu dans le Morbihan).


Ce que j'aime dans mon quotidien, c'est l'entraide entre collègues, la volonté de réussir ensemble nos objectifs commerciaux, car ceux-ci sont avant tout collectif. La solidarité est non seulement un moyen de réussir ensemble dans nos résultats, mais également de progresser en compétences. Les clients ressentent cette ambiance de travail et apprécient donc de revenir vers leur banquier.


Concernant le management, cela dépend surtout de l'interlocuteur, mais l'important est de communiquer avec sa hiérarchie, malgré que la communication interne soit surtout descendante. Pour ma part, je m'efforce d'avoir une communication ascendante sur ma manière d'exercer mon métier. En effet, en plus d'avoir le savoir, le savoir-faire et le savoir-être, il faut surtout "faire-savoir" comment vous travaillé (aussi bien qualitativement que quantitativement).